Wolf-Eyes - Culture amérindienne, informations sur les canidés
entrez votre identifiant de mot de passe


Information sur les canidés et Amérindiens
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 les loups sont pires que les souris......

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Winyan can
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1945
Localisation : Creuse
Date d'inscription : 01/02/2005

Présentation perso
qui suis-je?:

MessageSujet: les loups sont pires que les souris......   Sam 30 Déc - 10:33

ils se reproduisent à une vitesse extraordinaire...
Sur le site du ministère l'écologie, il est dit dans un des sujets sur le loup qu'ils sont actuellement entre 130 et 150...
ALors, en 2004, ils devaient être environ 60.....
l'année dernière c'était 100 et maintenant c'est 130 à 150....*je crois qu'il fautq ue l'on se remette en question sur notre connaissance du loup. A cette allure là, dans 3 ans il y en a 300......au moins......

c'est un peu n'importe quoi.

et voilà aussi comment on peut détourner la loi légalement, la loi ayant prévu des mesures dites dérogatoires:
http://ecologie.gouv.fr/article.php3?id_article=4363

Citation :
Gestion du loup en France : le gouvernement prépare l’avenir
Créé le 24 novembre 2006

Le groupe national « loup » qui rassemble représentants des éleveurs, des associations et des élus impliqués par la gestion du loup, s’est réuni le 22 novembre. Il a examiné les perspectives de la prochaine saison et notamment des pistes nouvelles pour la protection des troupeaux et la connaissance de l’espèce qui pourraient être expérimentées en complément des mesures existantes.

Après son retour spontané en 1992, le loup s’est installé dans les Alpes françaises et sa population, de l’ordre de 130 à 150 individus, a connu une croissance régulière. L’espèce est aujourd’hui en bon état de conservation en France.

Le loup est en expansion généralisée en Europe. Mais la France a vécu, depuis 1992, une reconstitution de la population de cette espèce protégée sans équivalent ailleurs en Europe.
Les débats que suscite ce retour sont à la hauteur de l’importance économique et sociale du pastoralisme dans les Alpes françaises, également sans équivalent ailleurs en Europe et de l’exigence du gouvernement de respecter scrupuleusement les engagements internationaux de la France.

Les efforts des éleveurs pour protéger leurs troupeaux ont conduit dans les zones de présence permanente du loup à une protection très généralisée avec l’usage des chiens de protection, du gardiennage et du regroupement nocturne derrière des clôtures.

Pour compléter ce dispositif et l’anticiper dans les nouvelles zones de présence du prédateur le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche mobilise ses moyens, tandis que le Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable assure le suivi biologique et l’indemnisation des dégâts.

L’ensemble des actions entreprises dans le cadre du « plan d’action loup 2004-2008 » permet à la France de disposer de références solides sur la protection de cette espèce. La première concertation transfrontalière sur la population commune avec l’Italie et la Suisse a d’ailleurs été engagée à l’initiative de la France.

La ministre de l’écologie et du développement durable, Nelly OLIN, et le Ministre de l’agriculture et de la pêche, Dominique BUSSEREAU, demandent aujourd’hui aux préfets de conduire avec les groupes de concertation départementaux une réflexion visant à leur proposer des expérimentations pour la gestion du loup. Il s’agit, toujours dans le strict respect de la directive « Habitats », de mieux tenir compte des situations locales, à la fois sur le plan biologique et sur le plan des contraintes pesant sur la protection des troupeaux. En effet la diversité des situations rencontrée dans l’arc alpin français est presque aussi grande que celle constatée en Europe.

Les réponses des préfets seront examinées début février par le groupe national loup. Le gouvernement arrêtera alors les 3 à 4 zones où une expérimentation facilitant la défense des troupeaux et l’intervention préventive pourra être essayée en 2007. Le protocole 2006 serait prolongé partout ailleurs.

Selon les propositions qui seront retenues, un dispositif de contrôle renforcé accompagnera la démarche. Les conditions objectives de ce contrôle seront déterminantes dans le choix des projets d’expérimentation retenus.

Citation :
La Ministre de l’Ecologie et du Développement Durable et le Ministre de l’Agriculture et de la Pêche publient aujourd’hui l’arrêté fixant les modalités d’effarouchement et de prélèvement de loups pour 2006.

Le protocole qui lui est annexé résulte, comme les années précédentes, des réflexions du "groupe loup", rassemblant représentants des élus, des éleveurs et des associations de protection de la nature.

Il a été rédigé à partir d’une analyse critique du protocole 2005 permettant d’alléger, pour les éleveurs qui ont mis en place des mesures de protection des troupeaux, les contraintes administratives tout en garantissant le plus strict respect des textes en vigueur.

Le loup, en effet, est une espèce protégée au regard de la réglementation tant nationale que communautaire, en particulier par la directive européenne du 21 mai 1992 dite directive "habitats-faune-flore".

Les principales évolutions par rapport à 2005 sont les suivantes :

1. pour mettre en œuvre les opérations d’effarouchement et de prélèvement, le protocole 2006 établit une distinction entre les troupeaux protégés et ceux qui ne le sont pas ;

2. les seuils d’intervention sont abaissés : l’attaque correspond à au moins une victime indemnisée, et non à des victimes ;

3. pour les troupeaux protégés, l’effarouchement n’est plus soumis à autorisation sauf si l’éleveur souhaite utiliser de nouveaux moyens non-identifiés au moment de l’élaboration du protocole ;

4. un assouplissement très net est apporté pour le tir de défense qui peut être déclenché plus rapidement qu’en 2005 : après sept jours de réalisation effective de l’effarouchement et à la suite de deux attaques faisant au moins une victime. En 2005, il fallait attendre trois semaines effectives d’effarouchement et quatre attaques faisant des victimes.

Ces améliorations sont destinées à satisfaire à la fois les éleveurs, à qui elles autorisent une meilleure réactivité, et la protection de l’espèce, qui passe par une meilleure efficacité des mesures de protection et d’effarouchement.

Il est rappelé que le respect du droit constitue, pour les éleveurs, la meilleure garantie à long terme de conserver une capacité d’adaptation aux différentes formes d’attaques par le loup qui peuvent ou pourront se rencontrer.

Le respect de l’échelonnement, protection des troupeaux, tir d’effarouchement, tir de prélèvement est en particulier essentiel.

Concernant les troupeaux, notamment bovins, pour lesquels les mesures actuelles de protection sont difficilement applicables, un dispositif spécifique est à l’étude. Des solutions restent à rechercher y compris au travers d’expériences étrangères, qui pourront faire l’objet d’expérimentations conduites dès cette année.

Au maximum six loups pourront être prélevés en 2006. Ce niveau de prélèvement ne portera pas atteinte à l’état de conservation de l’espèce dans notre pays.



_________________
Pour être bien ,restons loin des humains...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tite drine
membre du conseil
avatar

Nombre de messages : 485
Age : 38
Localisation : auvergne
Date d'inscription : 09/02/2005

Présentation perso
qui suis-je?:

MessageSujet: Re: les loups sont pires que les souris......   Sam 30 Déc - 18:17

En effet, les loups se reproduisent très vite dans notre pays.... ça doit être le bon air qui leur fait ça .... Shocked
M'enfin il faudra m'expliquer comment ils déduisent ça :
Citation :

Ces améliorations sont destinées à satisfaire à la fois les éleveurs, à qui elles autorisent une meilleure réactivité, et la protection de l’espèce, qui passe par une meilleure efficacité des mesures de protection et d’effarouchement.
de ça :
Citation :
2. les seuils d’intervention sont abaissés : l’attaque correspond à au moins une victime indemnisée, et non à des victimes ;

3. pour les troupeaux protégés, l’effarouchement n’est plus soumis à autorisation sauf si l’éleveur souhaite utiliser de nouveaux moyens non-identifiés au moment de l’élaboration du protocole ;

4. un assouplissement très net est apporté pour le tir de défense qui peut être déclenché plus rapidement qu’en 2005 : après sept jours de réalisation effective de l’effarouchement et à la suite de deux attaques faisant au moins une victime. En 2005, il fallait attendre trois semaines effectives d’effarouchement et quatre attaques faisant des victimes.
Moi, je ne dois pas avoir la même logique qu'eux.... je vois pas les améliorations en matière de protection de l'espèce.... Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://drine.info/
 
les loups sont pires que les souris......
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les loups sont-ils capables de carnages ?
» Comment des loups sont devenus des chiens...
» Que pensez vous des granulés de bois comme litière?
» Transmission puces chien chat?
» je voudrais savoir jusqu’à quel age vous avez gardé vos rats?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wolf-Eyes - Culture amérindienne, informations sur les canidés :: Le loup :: Le loup Morphologique-
Sauter vers: